Michel Sardou et la chanson française

Toute l'actualité passée et à venir de Michel Sardou
 
AccueilPortailCalendrierFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Sardou dans Tribune de Genève

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
serge*
RANG 2
RANG 2
avatar

Masculin
Nombre de messages : 90
Age : 58
Localisation : BELGIUM
Loisirs : F1 .....FOOT ...PARFOIS SARDOU
Date d'inscription : 18/05/2007

MessageSujet: Sardou dans Tribune de Genève   06.06.09 9:59

Tribune de Genève

Michel Sardou écrit, une fois pour toutes

Livre | Le chanteur dialogue avec sa mère pour mettre les points sur les i.


© DR | Michel Sardou. «Ma vie, c’est autant celle des autres. Je la trouve d’une banalité affligeante. J’ai l’impression d’avoir toujours fait la même chose.»


GILLES SIMOND | 06.06.2009 |

Un ours. Sur la couverture de son autobiographie, Michel Sardou n’a pas mis son portrait, comme le ferait le premier narcissique autosatisfait venu.

Non, lui, en dessous du titre – Et qu’on n’en parle plus –, il a mis la tête d’un plantigrade, qui plante ses yeux bruns droit dans les vôtres. Et il s’en explique en quatrième de couverture: «Un ours. C’est ce que tout le monde pense de moi. C’est la vérité.» Et en plus, il a la phobie des photos…

Cependant, l’ours, qui n’avait jamais accepté de raconter sa vie, a décidé de se livrer, au moins un peu. Et de cela aussi il s’explique, avec une franchise désarmante. Il le fait à travers l’un de ces dialogues imaginaires avec sa mère, l’actrice Jackie Sardou, sur lesquels le livre est construit:

«– (Michel Sardou) Et puis ma vie, c’est autant celle des autres. Je la trouve d’une banalité affligeante. J’ai l’impression d’avoir toujours fait la même chose.
– (Jackie Sardou) Alors pourquoi tu l’écris?
– Parce que j’ai acheté une ferme en Haute-Savoie.
– (…) Et alors?
– Et alors mon éditeur m’a dit que si j’allais au bout de ce livre, c’est lui qui m’achèterait le terrain!»


Du Sardou pur jus, direct et provocateur comme au bon vieux temps, lorsqu’il allait en Rolls-Royce chanter à un raout du Parti communiste français et faisait garder sa charrette par quatre militants en brassard rouge.

Le chanteur, capable à la fois d’être adulé par ses fans et détesté par ses adversaires l’accusant d’être un vieux réactionnaire fascisant, homophobe et macho, s’explique également sur la source de ce qu’il considère comme une série de malentendus: pour lui, son métier de chanteur consiste à interpréter une chanson comme un acteur se glisse dans la peau de son personnage. Sans pour autant adopter ses idées ou devenir un salaud!

Dans son livre, il évoque également, pêle-mêle et sans chronologie:

- Sa grand-mère danseuse: «Son heure de gloire fut une interprétation de Cupidon, où elle apparaissait suspendue en haut du Casino de Paris, entièrement nue. A l’époque, on n’avait pas l’habitude.»
- Ses parents acteurs: «Quelle espèce de famille avons-nous été? Eux en tournée, moi, petit en nourrice, et plus tard, en pension.»
- L’arrivée du succès: «On passe de rien à trop.»,
- Ses années de pensionnat: «J’ai adoré ma solitude!»
- Son premier mariage trop précoce: «En me mariant, je m’émancipais.»
- La mort de ses parents, en 1998 pour sa mère, en 1976 pour son père, foudroyé par une crise cardiaque dans les coulisses du Théâtre de Toulon, où il répétait l’opérette L’auberge du Cheval-Blanc: «Un creux silencieux au milieu du cœur.»
- Ses maisons en Corse ou à Miami: «La Floride, j’ai aimé, puis j’ai plus aimé.»
- La difficulté de faire durer un couple: «Tu connais: on s’aime beaucoup, à la folie et brusquement plus rien.»
- Son dernier mariage devant Nicolas Sarkozy, alors maire de Neuilly, un jour avant les noces de son fils Romain: «Je tenais à garder un ordre chronologique.»


Le tout, on l’aura compris, avec le franc-parler qu’on peut attendre du fils de Jackie ­Sardou, dont la gouaille fit les beaux jours de l’émission radio humoristique Les grosses têtes. D’ailleurs c’est à sa maman qu’il fait dire, parfois, ce qu’il ne veut pas laisser sortir de sa propre bouche. Un ours, c’est lui qui le dit.

❚ «Et qu’on n’en parle plus», XO Editions, 222 p. Au théâtre, dans «Secret de famille»; Saint-Maurice, Théâtre du Martolet, lé 9 novembre. Loc.: 024 485 40 40.


voici le lien pour le reste http://www.tdg.ch/actu/culture/michel-sardou-ecrit-fois-2009-06-05


Revenir en haut Aller en bas
FFVII_FR
MODERATEUR
MODERATEUR
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2986
Age : 57
Localisation : PARIS
Loisirs : informatique, cinéma MS et RB
Date d'inscription : 21/10/2007

MessageSujet: Re: Sardou dans Tribune de Genève   06.06.09 16:29

Merci Serge !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Marlène
RANG 4
RANG 4
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2245
Age : 53
Localisation : LA LANDE PATRY
Loisirs : SARDOU. MUSIQUE. LECTURE
Date d'inscription : 03/11/2007

MessageSujet: Re: Sardou dans Tribune de Genève   07.06.09 0:22

Merci Serge.......C'est fou ce que j'ai l'impression de te remercier partout.... !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sardou dans Tribune de Genève   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sardou dans Tribune de Genève
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [VENDUES] 2 cat. 1 pour Genève le 04/09
» Duos Geneve 73 & Béziers 74 avec Sardou
» "Dans Mes Yeux"
» La maladie d'amour - Michel Sardou (sans paroles)
» Michel Sardou

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Michel Sardou et la chanson française :: C'EST MA VIE :: SON ACTUALITE TELE RADIO PRESSE INTERNET-
Sauter vers: